UN PUR PRODUIT DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION






Manifestation de femmes françaises à Paris juin 1936 - photo empruntée à "Mme FIGARO"


La société de consommation a élit un Président énarque et il fallait que ce fut lui et non un autre.
Il est le quatrième énarque depuis la Vème république après Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et François Hollande. L'énarchie se porte bien.

La minorité possédant la fortune détient tous les médias d’information et d’opinion à l’exception du magazine hebdomadaire Valeurs Actuelles. Tous les journalistes français ont œuvré pendant deux ans à l’élection d’Ali Juppé qui était leur candidat naturel en raison de l’effondrement du président Hollande dans les sondages. C'était écrit, ce devait être l'alternance avec un candidat peu réformateur donc une alternance en douceur.

Sauf que les Primaires des Républicains n'ont pas adoubé le candidat de l’establishment, le candidat désigné n'est pas énarque, il n'est pas dans le "système" et en plus il veut appliquer des mesures justes mais très rigoureuses pour redresser le pays. La victoire de Fillon aux Primaires de ce parti était franchement insupportable aux oligarques parce qu’il contestait leur conception irénique.

L'oligarchie  n'accepte pas ses convictions judéo-chrétiennes, sa conception de la  famille, il n'est pas "dans le moule" et de plus, l'Etat Islamique en fait son ennemi n° 1. La fin justifiant les moyens, tous les moyens sont bons pour l'éliminer. Cette mission exécutée en premier lieu par le "Canard Enchainé" qui a servi de point d'appui, les juges du Parquet National se sont empressés de faire le reste. 


Les Français dans leur grande majorité n'ont pas résisté à "l'enfumage", la propagande quasi-permanente des médias. Ils ont désigné le 8 Mai 2017, Macron, au terme d'une parodie de campagne électorale et d'une mascarade d'élections, une tartufferie plus exactement. C'est du totalitarisme sournois.

Le chouchou des médias et du Président Hollande est En Marche pour continuer la politique de son mentor. Que les français qui ont voté pour ce candidat ne viennent pas se plaindre pendant les cinq années à venir. Il n'y aura pas de miracle, rien à attendre de cet énarque imbu de sa personne, creux et plein de bourdes : il en est encore à parler de la Guyane comme une île quand il n'est pas à critiquer le passé colonial de la France en Algérie.

Il y a fort à parier que les cinq années à venir se traduiront, pour ce Président élu par défaut, par un record d'impopularité.


Commentaires